MANIFESTE

frederic

 

 

 

OSONS UN AMBITIEUX PROJET DE SOCIETE  POUR LA FRANCE

 Frédéric AMANY, dans une équipe de Laprimaire.org pour les présidentielles 2017

 

Objectif  : 

Cette candidature à Laprimaire.org est l’occasion pour nous, citoyens, de s’exprimer sur ce que nous vivons et de proposer des solutions nouvelles, innovantes, de proposer une société nouvelle. C’est une fenêtre d’expression qui nous est offerte, et profitons en pour informer sur nos souhaits de société et sur les moyens de les mettre en avant, dans les débats publics et peut être dans notre quotidien demain. C’est une belle opportunité de défendre et porter nos idées au plus haut niveau, au plus grand nombre. Comment ? voir le chapitre Stratégie.

Aujourd’hui nous réagissons.

Nous savons que la richesse du monde a considérablement augmenter. Que le Libre Echange à favorisé et favorise toujours cette augmentation. Qu’il est bénéfique dans beaucoup de ses initiatives. Mais il contient des préceptes inacceptable à long terme , qu’il convient de remettre en cause. Je comprend que les privés cherchent à défendre leurs intérêts. Chacun a le droit de le faire. Mais je n’acceptes pas que ce soient fait en détournant des biens publique (l’argent) et des institutions d’Etat (notre Démocratie et ses structures) pour le faire. Nous avons actuellement le structurel pour faire mieux, pour faire plus humain.

Défendons nos intérêts et ceux des gens que nous aimons. Je vous invite à le faire. Je vous le dis, je sais que nous avons tous la même valeur, que chacun dispose d’un bulletin de vote pour dire la direction qu’il veut que les collectivités prennent :  L’ETAT, LES REGIONS, LES DEPARTEMENTS, LES COMMUNES. Cela ne dépends pas du costumes que nous portons ou pas, ou de l’argent dont nous disposons ou pas. Non. Nous avons tous un bulletin de vote, tous un pouvoir d’expression égale.

Sachons compter. Nous sommes plus nombreux à vouloir un système plus équitable, (halte à la concentration de richesse de plus en plus accentuée, oui au partage). Si nous nous exprimions, tous, je sais que sortirons des urnes notre volonté, à nous majorité, et le pays amorcerais son tournant, vers plus d’humanité, plus de complémentarité entre toutes ses composantes, en privilégiant le bien être de chacun, le partage. Prudemment mais assurément, de manière inéluctable.

Ce que tous, Hommes, nous voulons, qui que nous soyons, c’est du bonheur pour nous et pour nos enfants. C’est de vivre heureux, décemment, et ensemble. 

Ma démarche. Peut être avons nous la même ?

J’estime que : Je n’ai pas voter pour que mes représentants enlèvent ma protection sociale et mon pouvoir d’achat en me disant :  « je démissionne de la mission que vous m’avez confié, je ne sais protéger que le marché, que le système, pas les hommes … Mais je reste au pouvoir, je touche l’argent et les avantages… « . Non, je n’ai pas voter pour cela, Pour la protection d’un système qui enlève à la collectivité ses avantages, pour les privatiser . Pour ce transfert de biens publiques en bien privés, comme ces banques qu’on renfloue sans rien exiger en retour.

J’ai voulu leurs dire : « J’ai fait de vous mes représentants pour défendre mes intérêts, quitte à modifier le système, l’améliorer, dans le sens de l’humain, et non de l’argent. Si vous ne vous en sentez pas capable, allez vous en. Laissez la place à d’autres. » …

Mais je n’ai pas su exprimer ce message dans les urnes, endroit ou notre pouvoir de citoyen me parait immense aujourd’hui, mais je ne le savais pas. Je me suis abstenu, ou j’ai voter blanc, laissant ceux qui s’expriment diriger le monde, diriger ma vie, un peu plus chaque jours vers leurs intérêts. Je sais que d’autres ont choisi la contradiction par le vote extrême, partie piège du pouvoir en place.

Cela a commencer par une perception de ma vie dans ce système qui me satisfait partiellement. J’estime que l’évolution actuel, me fait perdre, à moi citoyen et à mes proches, au fil du temps, du bonheur, de la joie de vivre, et nous entraîne dans une perte d’acquis qui m’est moralement intolérable. Je peux m’y résigner, mais ne le souhaites pas pour le moment. J’ai envie d’agir, d’amener mon grain de sable dans l’édifice actuel, et ma pierre dans un édifice futur plus en adéquation avec mes espérances de futur. Et vous, ou en êtes vous ?

Je vous invite à construire UN AMBITIEUX PROJET DE SOCIETE POUR LA FRANCE, ensemble.